Le monde merveilleux des courses à thème

Du parvis de l'hôtel de ville au Pont de l'Alma, la Color Run 2018 va égayer les rues parisiennes dimanche prochain. Un évènement qui rassemble près de six millions de runners à travers le monde, pour courir en musique et balancer de la poudre colorée dans tous les sens. Bienvenue dans le monde des courses à thème. Un concept qui se décline à l'infini, dont voici quelques beaux exemples.

  • La Love Run 2018

Pour ceux qui s'aiment. Fort. Très fort, même. Sept kilomètres à parcourir dans le bois de Boulogne, le poignet lié à celui de sa moitié par un élastique rose. Un bon moyen de renforcer la cohésion du couple. Ou pas. Car ceux qui s'aiment moins prennent quand même un gros risque. Sept kilomètres, c'est long, et ça laisse le temps d'aborder tous les sujets qui fâchent. Même lorsqu'on court pour la bonne cause. Rendez-vous le 22 avril prochain, où un euro par dossard sera reversé à l'association Cékedubonheur qui œuvre pour les enfants hospitalisés.

  • L'Idiotarod

Organisée chaque année dans plusieurs métropoles américaines, l'Idiotarod est une course en équipe qu'on pourrait situer quelque part entre Mario Kart et Rasta Rocket. Le concept est simple : une course d'orientation où cinq "idiots" (nom donné aux participants) poussent un caddie de supermarché légèrement tunné dans les rues. Presque tous les coups sont permis. Sabotage des caddies, lâcher de billes ou de peaux de banane dans son sillage pour faire tomber la concurrence, faux panneaux de signalisation pour brouiller les pistes... Mais toujours dans la bonne humeur.

  • La Great Train Race

L'éternel duel entre l'homme et la machine. Une machine qui porte même un nom : Puffing Billy. Une vieille locomotive à vapeur australienne qui traverse le Dandenong Ranges National Park situé 35 kilomètres à l'est de Melbourne. Le principe ? 13,5 kilomètres de course sur un tracé longeant la voie ferrée. Le but ? Arriver en gare avant le train. À l'heure, donc.

  • La Sedan Chair Race

Une course de chaise à porteurs à travers les rues d'Hong Kong. L'idée est née en 1975, lorsque Joyce Smith, bonne sœur et infirmière anglaise, cherchait un moyen de mettre en valeur l'hôpital Matilda International perché sur les hauteurs de la ville. Un clin d'œil à l'histoire du lieu, puisque lors de l'inauguration en 1907, le seul moyen d'y emmener rapidement les patients était de porter le brancard à bout de bras en courant. Sœur Smith fera ensuite évoluer le concept en instaurant un ticket d'entrée payant pour reverser l'ensemble des bénéfices à des associations caritatives de la ville. Depuis, plus de 70 millions de dollars ont été récoltés et dispatchés entre 143 associations. Une franche réussite.

  • La Spartan Race

Inventée par sept runners en mal de sensations fortes, dont un soldat de la Royal Navy, la Spartan Race fait directement référence à l'entrainement des guerriers de Sparte. Version troisième millénaire, cela donne un parcours en équipe avec des obstacles aussi redoutables qu'une palissade de cinq mètres de haut, un ramping sous des barbelés, une aire de lancer de javelot façon biathlon, des échelles horizontales et de la boue, beaucoup de boue. Envie de se tester en beuglant "Ahou !" à chaque franchissement ? Ça tombe bien, les Spartiates ont déjà envahi la Gaule, à commencer par Carcassonne le 5 mai prochain.

  • La Run for your lives

Littéralement, la "Cours pour ta vie". Pourquoi ? Parce qu'elle est menacée par une horde de zombies prêts à tout pour t'éviscérer entre deux obstacles. Mais pas de panique : le budget étant inférieur à celui de la série Walking Dead, les parties de votre anatomie dont raffolent les morts-vivants sont représentées par des bandes de plastique accrochées à la ceinture. Et lorsque vous n'en avez plus, vous êtes mort. Simple, non ?

Par Paul Bémer, publié le 13/04/2018