Instagram : cinq femmes inspirantes qui promeuvent le surf féminin

De la longboardeuse professionnelle, Kelia Moniz, à la shapeuse, Christine Brailsford Caro, en passant par la photographe, Alana Spencer.

Kelia Moniz, sacrée championne du monde du longboard en 2012, à seulement 19 ans. (© Roxy)

Encore largement perçu comme un espace sportif dominé par les hommes, le surf est pourtant porté, de plus en plus fortement, par une nouvelle génération de femmes aussi talentueuses que passionnées.

Publicité

Surfeuses professionnelles ou novices, photographes ou journalistes, shapeuses ou designers, ces mordues de glisse, issues des quatre coins du globe, ont ensemble permis une forte poussée du surf féminin, notamment grâce à la puissance des réseaux sociaux, où les comptes encourageant les filles dans l’univers du surf se multiplient. La preuve par cinq.

@keliamoniz

Membre de l’écurie Roxy, Kelia Moniz, 24 ans au compteur, est l’une des surfeuses les plus en vue de sa génération. Et pour cause : cette native d’Honolulu, où elle a appris dès son plus jeune âge à surfer aux côtés de ses trois frères et de son père (un ancien surfeur professionnel), a été sacrée championne du monde de longboard par deux fois, en 2012 et 2013.

Figure phare de sa discipline, celle que l’on surnomme "sister" entend bien, par le biais de cette pratique, avoir "une influence positive sur le surf féminin". "Je veux contribuer à faire du surf féminin quelque chose de plus grand", déclarait-elle un jour. Une raison de plus, s’il en fallait, de suivre ses aventures sur son compte Instagram, où se mêlent sessions en famille sur les petites vagues de Waikiki et instants de compétition sur les spots du monde entier.

Publicité

@coconutcomradery

Basée dans le North Shore d’Oahu à Hawaï, dont elle est originaire, la photographe Alana Spencer officie depuis quelques années sous le pseudonyme de @coconutcomradery. Son compte Instagram, scruté par près de 30 000 aficionados, expose au quotidien des clichés aux couleurs douces et à l’ambiance poétique, tantôt prises sur le sable chaud, tantôt au creux de la houle.

Parmi ses modèles, on retrouve de nombreuses surfeuses professionnelles, dont sa comparse Monyca Eleogram, également native d’Hawaï, mais aussi l’Australienne Laura Enever, ou la Brésilienne Bruna Schmitz. Des instants de vie capturés au gré des vagues, qui exposent avec bienveillance toute la grâce du surf féminin.

@theseea

Fondée par Amanda Chinchelli, une jeune femme aussi passionnée de surf que de mode, Seea est une marque proposant des maillots de bain et des combinaisons de surf adaptés au corps féminin, dont le but est de "célébrer la grâce des femmes surfeuses". "J’ai créé Seea par nécessité", retraçait la designeuse pour Cooler Lifestyle. "J’en avais marre des lycras tout moches et incommodants. J’avais besoin de quelque chose de confortable, qui me protège du soleil et qui me permette en même temps de me sentir jolie au milieu des vagues." Et de préciser sur son site :

"Les combinaisons que nous proposons chez Seea sont confectionnées de façon locale, avec des matériaux 100 % issus de Californie. Même les plus petits détails, comme les étiquettes, sont vintage, typographiées à la main, et attachées via un élastique pour cheveux que vous pourrez utiliser pour votre prochaine session."

Une marque créée par et pour les femmes, dont l’engagement féministe s’exprime à travers chaque nouvelle collection, et au quotidien sur Instagram.

Une publication partagée par S E E A (@theseea) le

@goldie_blondie

Auteure du blog Goldie Blondie, qui conte ses aventures de maman surfeuse, cofondatrice de l’association ellessurf, qui met en place des sessions surf 100 % féminines, et chroniqueuse sur la webradio Wave Radio Hossegor, Stéphanie "Goldie Blondie" dédie une importante partie de son temps au surf, qui constitue à ses yeux une pratique aussi essentielle que galvanisante.

Inspirant, son compte Instagram, suivi par un peu plus de 20 000 personnes, est une véritable célébration du surf féminin. Très régulièrement alimenté, il encourage les femmes à se rassembler et à sortir leur planche dès que possible, et ce en toutes circonstances : actuellement enceinte de huit mois, l’Hossegorienne ne manque aucune occasion pour glisser sur sa longboard.

@furrowsurfcraft

Derrière ce compte Instagram se cache la shapeuse californienne Christine Brailsford Caro, fondatrice de l’entreprise Furrow Surf Craft. Installée à Leucadia, une petite ville côtière du comté de San Diego, cette lauréate du Laguna College of Art and Design façonne des planches aux courbes rondes et polies, entièrement réalisées à la main à base de matériaux issus de la production locale.

Esthétiquement minimalistes, ses créations, adoptées par nombre de surfeurs californiens, font d’elle l’une des shapeuses les plus accomplies du moment. Dans un entretien accordé à The Seea, Christine Brailsford Caro expliquait d’ailleurs à ce sujet :

"Créer des planches de surf pour les gens est un grand privilège à mes yeux. Apporter un peu de joie aux autres par le biais de mon artisanat, c’est ce qui m’encourage à me dépasser chaque jour qui passe. Il y a énormément de femmes qui shapent aujourd’hui, mais très peu sont reconnues au même titre que les hommes. Je me sens très chanceuse de faire partie de celles qui le sont."

À lire -> Entre vagues et mélodies : l’équilibre précieux de Lee-Ann Curren

Par Naomi Clément, publié le 01/08/2018

Copié

Pour vous :