PARIS, FRANCE – JUNE 02: Serena Williams of the United States hits a forehand to Julia Goerges of Germany in the third round of the women’s singles during the French Open at Roland Garros on June 2, 2018 in Paris, France. (Photo by Mike Frey/Getty Images)

featuredImage

Le monde du tennis va assouplir ses règles pour les joueuses revenant de grossesse

En 2019, un nouveau règlement devrait profiter aux joueuses qui deviendraient mères pendant leur carrière.

Une nouvelle victoire pour Serena Williams ! Après la polémique qui l'a opposée cet été à Roland Garros (qui concernait la combinaison noire qu'elle portait pour "raison médicale" après sa grossesse mais que la FFT voulait bannir), il semblerait que l'Association des joueuses de tennis (WTA) ait décidé d'aller dans son sens. Mieux, la WTA pourrait même prendre davantage de mesures pour les joueuses qui deviendraient mères pendant leur carrière.

On utilise le conditionnel car pour le moment, l'information n'a pas été confirmée et ressemble plutôt à une fuite (voir ci-dessus). Mais si cette dernière venait à être officialisée, ce serait un grand pas pour les droits des joueuses sur le circuit. Voici quelques unes de ces nouvelles mesures : 

  • Les leggings et les vêtements de compression seront désormais autorisés sur les courts. Et ce point-là, on peut vraiment l'appeler la jurisprudence Serena Williams.
  • Le "classement protégé" (système qui permet à des joueuses écartées du circuit pendant au moins six mois d'intégrer certains tournois et tableaux, même si leur classement réel a lourdement chuté) a été repensé pour les nouvelles mamans. Alors que, jusque là, il mettait les retours de blessures et les grossesses au même plan. 
  • En gros, désormais, une joueuse et nouvellement maman pourra protéger son classement pendant trois ans à partir de la naissance de son enfant. Dans le cas d'une adoption, d'une gestation pour autrui ou d'une tutelle légale, les joueuses pourront utiliser ce système pendant deux ans. 
  • Jusqu'à aujourd'hui, les joueuses pouvaient utiliser le "classement protégé" sur huit tournois de leur choix. Cette possibilité a été élargie à douze tournois.
  • Et enfin, la "shot clock" (un système de chronométrage) sera mis en place. Ce qui veut donc dire que les joueuses qui mettront plus de 25 secondes à se préparer entre les points pourront se prendre un avertissement.

Par Ugo Bocchi, publié le 13/12/2018

Copié