Author banner

Par Asics

Peu importent les règles, la raison ou le score, l’essentiel c’est de bouger.

Franchir la ligne d’arrivée d’un marathon est un bel accomplissement en soit, peu importe le chrono ou la place, l'effort fourni se suffit à lui-même. 

Si certains abordent la course avec des ambitions sportives élevées après des semaines d’entrainement, faire une belle place sur un marathon prestigieux n’est pas loin d’être une mission impossible tant le niveau de l’élite internationale est élevé. Rassurez-vous, nous vous proposons cinq techniques pour faire la une des médias lors du prochain marathon de Paris sans forcément beaucoup vous entrainer !

Faire la course en tête…

©ASICS

…tant que vous le pouvez ! C’est ce qu’a tenté Alexis Valtat sur 600 mètres lors du marathon de Paris 2016, une audace peu appréciée par certains runners dont Patrick Montel qui n’avait pas manqué de critiquer cette fantaisie en direct à la télé. Pour vous donner une idée de la cadence à tenir et du temps que vous pourriez passer aux avants postes Eliud Kipchoge lors de son record du monde à Berlin il y a 3 semaines a parcouru les 42 kilomètres à une allure de 2’52 par kilomètre, rester 500 mètres en tête à cette vitesse est déjà un petit exploit ! Toutefois, pour réaliser ce coup d’éclat, il vous faudra tout de même obtenir un dossard élite comme Alexis qui n’est pas non plus le pinpin du coin puisqu’il court le marathon en 2h39’.

Se déguiser

©GettyImages

Berlin 2018, pendant que Kipchoge améliore la meilleure marque mondiale, l’écossais Nikki Johnstone a claqué le très bon chrono de 2 heures 35 minutes et 20 secondes qui fait également de lui un recordman du monde puisqu’il a parcouru les 42,195 kilomètres du tracé berlinois vêtu d’un superbe déguisement d’Elvis, banane sur la tête et pantalon ultra moulant sur les fesses !

À Paris, en 2017, Menouar Benfodda avait pour sa part mis 2 heures et 46 minutes pour boucler le parcours dans un costard cravate digne de Serge Karamazov, record du monde dans la poche du veston à l’arrivée. S’il y a un déguisement de la Reine des Neiges ou de Spiderman dans votre placard, à vous le Guiness book !

Tricher

©GettyImages

Pourquoi s’emmerder à courir 42,195 kilomètres alors qu’il suffit d’échapper à la vigilance des officiels et autres bénévoles pour inscrire son nom en haut du classement ? C’est la réflexion que s’est faite Rosie Ruiz sur le marathon de New York en 1979. Elle heurte le fameux mur de plein fouet au kilomètre 30 et décide alors de sauver les meubles en sautant dans un métro pour rejoindre la ligne d’arrivée qu’elle franchit alors que le chrono affiche 2 heures et 56 minutes. Une performance qui la qualifie pour le prestigieux marathon de Boston. Quelques mois plus tard, elle remporte la course en 2 heures 31 minutes en se glissant près de l’arrivée au milieu des premiers athlètes masculins. Incapable d’expliquer son exploit, elle est démasquée et destituée. Vous savez bluffer ?

Se tromper de paire de chaussures

©ASICS

5 heures et 52 minutes, c’est loin d’être un chrono élite… Mais si le coureur a remplacé sa paire habituelle par de bien mal adaptées chaussures de ski on peut commencer à parler de performance. C’est l’étrange challenge qu’a relevé Colin Haylock lors du marathon de Londres 2018, le tout au profit d’un hôpital pour enfant s’il vous plait !

La famille Pachev a elle l’habitude de galoper en Crocs. Souvent décriées pour leur look, ces sabots en plastique ont apparemment un bon rendement sur le bitume. Le fils Benjamin Pachev court le semi-marathon en 1h11’53 et papa Sasha claque le superbe chrono de 2h31’52 sur marathon. Pas de panique du coup si vous avez égaré vos runnings le matin de la course, improvisez avec ce qu’il y a dans votre placard. Et pour les moins téméraires, notre partenaire ASICS devrait avoir de quoi vous ravir par ici !

Prendre son temps

©GettyImages

54 ans, 8 mois, 6 jours, 8 heures, 32 minutes et 20 secondes un chrono incroyable, plus de la moitié d’une vie… C’est le record du plus long marathon de tous les temps détenu par le japonais Shizo Kanakuri sur le marathon de Stockholm 1912. Il s’endort d’épuisement chez un spectateur aux alentours du 30ème kilomètre et ne se réveille que le lendemain matin. Honteux, l’athlète rentre discrètement au pays et ne reviendra en Suède que 54 ans plus tard pour boucler sa course au stade Olympique à l’âge de 76 ans, un record particulièrement difficile à battre malgré les apparences !

Les inscriptions pour le marathon de Paris 2019 sont d’ores et déjà ouvertes ! Si vous souhaitez épater votre maman ou atterrir en top tweet, n’hésitez pas à reproduire ou améliorer une de ces astuces. Peut-être même que vous allez être inspiré et inventer votre propre façon de briller le 14 avril prochain ! Nous vous donnons rendez-vous sur la ligne de départ !